Les médecins « ressuscitent » le cœur d’une personne morte avec une technique révolutionnaire

Les progrès de la médecine ne cessent de nous étonner. En effet, les nombreuses découvertes scientifiques ont permis de mettre au point des opérations de plus en plus surprenantes. Cette fois-ci, ce sont des chercheurs de l’université de Duke qui auraient réussi une prouesse considérable dans le cadre d’une transplantation cardiaque: “ramener un coeur mort à la vie”. L’information a été relayée par de nombreux sites et médias dont Doctissimo, CNN, le New York Post et Fox News.

La greffe du cœur est une opération exercée par des chirurgiens pour remplacer un organe malade par un organe sain prélevé chez une personne en situation de mort encéphalique. Mais pour que le cœur du donneur soit compatible avec celui du malade, ils doivent avoir le même groupe sanguin. Malheureusement, l’inscription sur la liste d’attente pour effectuer une transplantation ne garantit pas qu’un cœur sera disponible. Et comme le rappelle le Pr Vincentelli, il y aurait en moyenne en France, deux receveurs pour un donneur.

Des médecins réussissent pour la première fois à transplanter des cœurs à l’arrêt: C’est une première mondiale et « la plus grande avancée en matière de transplantation cardiaque depuis dix ans », selon le site australien News (en anglais). Des chirurgiens australiens ont annoncé, vendredi 24 octobre, à l’hôpital Saint-Vincent de Sydney, avoir réussi à transplanter trois cœurs qui avaient cessé de battre. Alors que de telles opérations ne se faisaient jusque-là qu’avec des cœurs « en vie », prélevés sur des patients en état de mort cérébrale, cette avancée pourrait permettre d’accroître fortement le nombre de cœurs destinés aux greffes. (francetvinfo.fr)

Selon l’Agence de la biomédecine, près de 5805 greffes d’organes ont été réalisées en France en 2018. Ces dernières consistent à remplacer un tissu ou un organe qui ne fonctionne plus. Malheureusement, les délais d’attente sont souvent prolongés en raison d’un manque de donneurs. De ce fait, malgré les progrès scientifiques, on estime que plusieurs dizaines de personnes nécessitant une greffe décèdent chaque année.

source :santeplusmag