Être entouré de personnes qui se plaignent constamment pourrait nuire à votre santé

Écouter plainte après plainte peut créer un cycle de synapse pessimiste et endommager votre mémoire.

Bien sûr, nous avons tous de bonnes raisons de nous plaindre. De nombreux événements de la vie quotidienne témoignent de notre désir d’exprimer ce que nous ressentons négativement. Et les nouvelles que nous voyons ou lisons tous les jours nous concernent également – en grande partie parce que nous pensons que tout est une mauvaise nouvelle, même s’il existe des preuves solides que tout n’est pas faux.

Mais ne pas se plaindre – du moins pas à l’excès – rend service à nous et à ceux qui nous entourent. Et au cerveau collectif. Il ne s’agit pas d’être naïf ou de tout tolérer, mais de savoir comment gérer nos démons et d’agir avec une intelligence émotionnelle.

Comprendre la psychologie des personnes qui se plaignent souvent

Que cherchent les personnes négatives en répandant le malheur autour d’eux ? Guy Winch, psychologue, a tenté de répondre à cette question. Selon lui, les individus négatifs sont convaincus que leur sort est scellé et que leur avenir sera aussi sombre que leur vie actuelle. Ils cherchent l’empathie et le soutien des autres sans avoir conscience que leurs plaintes sont contagieuses. En outre, les personnes négatives n’écoutent pas les conseils des autres parce qu’elles considèrent qu’il n’existe aucune solution à leurs problèmes. Ainsi, leur entourage aura beau les orienter vers des pistes potentielles pour régler leurs conflits réels ou imaginés, elles trouveront des moyens de balayer toute proposition d’un revers de main.

Comment réagir face à ces personnes négatives ?

1. Faites la différence entre une plainte et une simple remarque :
Lorsque vous commencez à comprendre la différence entre une plainte et une remarque, la conversation change. Si vous faites remarquer qu’il fait froid dehors, c’est une remarque sur le temps qu’il fait. En déclarant: «Il fait froid dehors et je déteste vivre dans cet endroit», c’est une plainte.

2. Comptez vos plaintes:
Prendre conscience de la fréquence à laquelle vous vous plaignez peut être un vrai choc pour vous. Commencez à noter combien de fois par jour vous vous plaignez. Vous seriez surpris de voir au bout de quelques heures à peine le nombre de vos plaintes.

3. Éloignez-vous des plaignants chroniques:
Au lieu de devenir l’un des plaignants lorsque vous écoutez les autres pendant leurs lamentations, proposez des réponses positives ou qui élèvent le débat, au lieu de contribuer à leur discussion. Il est fort probable que ceux qui préfèrent en général continuer à se plaindre cesseront pendant un moment parce que leur cerveau ne sera plus nourri de négativité pour satisfaire leurs diatribes.

4. Retournez vos plaintes:
Si vous vous trouvez pris dans une session de plainte, vous pouvez choisir de la retourner “comme une crêpe ” instantanément. Exemple: «Je n’aime pas conduire pour aller au travail… mais je suis reconnaissant d’avoir un travail, une voiture et la capacité de conduire.»

5. Passer de “devoir” à “prendre plaisir”
Cela pourrait être le moyen-pivot le plus efficace pour étouffer les plaintes dans l’œuf. Ce simple commutateur transforme votre plainte en choix. Après tout, tout ce que nous faisons et disons est finalement un choix. Ainsi, lorsque vous dites que vous DEVEZ faire quelque chose, cela ressemble à une corvée ou à un fardeau. Mais en changeant le verbe « devoir » par « faire » ou « avoir plaisir à », cela devient un privilège, un droit ou une occasion d’exprimer votre gratitude et votre gratitude.
Exemple: Changez « Je dois aller à la gym aujourd’hui », à « Je vais aller à la gym aujourd’hui », ou « j’ai plaisir à aller à la gym aujourd’hui ». Cela sera d’autant plus efficace que vous imaginerez le plaisir et la satisfaction que vous ressentirez en sortant de votre heure de gym !

Plus vous pratiquez et intégrez ces conseils dans votre vie quotidienne, plus ils deviendront une seconde nature. Bien que les plaintes ne disparaissent probablement pas entièrement, le besoin impérieux de laisser libre cours à vos frustrations peut s’affaiblir. Vous aurez plaisir à vivre une vie sans plainte.